Combattre l’extrême droite

Au lendemain du premier tour, la foule avisée des commentateurs politiques glosait sans fin sur le succès du front national, enterrant bien vite la percée à 11% du front de gauche. Chacun voyait alors en Marine Le Pen la « faiseuse de roi », dont les voix seraient vitales pour le second tour.

Sur le site Marianne2.fr, David Djaïz, responsable national du mouvement Rose-Réséda d’ A. Montebourg, évoque dans une tribune un échec de la stratégie anti-FN du Front de gauche. Plusieurs causes sont citées, parmi lesquelles la non-prise en compte de l’ « l’insécurité culturelle-identitaire (peur de l’immigration et de la dissolution de l’identité française-occidentale) ». Ce concept fort étrange, cette nouvelle « insécurité » qu’il faudrait prendre en compte à gauche (après l’insécurité tout court, et le « sentiment d’insécurité ») est à mon sens bien vide, et ce très bon billet de Sylvain Kahn sur son blog France Culture prend le temps de le dépiauter.

Cette surenchère dans la prise en compte d’insécurités de moins en moins fondées concrètement me terrifie. Elle correspond, à mon sens, non pas à une prise de conscience plus fine d’un phénomène, mais bien à un acquiescement assez droitier à l’ordre des choses : En gros, les gens ont peur des arabes, c’est une « insécurité » dont il faut tenir compte. Point. Du coup, avec de telles prémisses, comment encore envisager de combattre le FN ? De ce fait, est-ce même utile, souhaitable ?

A mon sens, le combat contre l’extrême droite est naturellement celui de la gauche, il y va de son honneur et de ses convictions. Et oui, la stratégie d’affrontement est la bonne, la seule qui tienne, même, tant le champ a été laissé ouvert à l’extrême droite depuis des décennies, avec le résultat que l’on sait.

Oui, depuis des années, une partie de la gauche a décidé de ne plus débattre avec le Front National, de ne plus même l’évoquer (cette campagne en fut encore un exemple). Depuis des années, moins on parle du FN, plus il monte. Il est là, le résultat de la stratégie d’évitement qu’on nous accuse à demi mot de ne pas avoir suivie.

Cela ne faisait que quelques mois que la campagne du front de gauche avait pris l’angle de l’attaque directe du front national, y compris sur les plateaux de télévision. Et il aurait fallu plus que ces quelques mois pour renverser la vapeur d’une lepénisation profonde des esprits. Surtout qu’on était seuls, bien seuls, sur cette bataille. Alors je le dis à mes copains socialistes: on a beau jeu de critiquer la stratégie du Front de Gauche quand on ne vient pas affronter le Front National. On a beau jeu de se plaindre de la troisième place du FN quand, en votant « utile » (sic), on n’a pas permis au Front de Gauche de lui passer devant.

J’entends déjà les cyniques dire qu’être plus nombreux dans la bataille n’aurait rien changé. Et bien, après des décennies de cynisme silencieux, qui n’a, lui, justement rien changé à la montée du FN, je réponds « chiche ! ». Si on en refaisait un sujet? Si on se jetait dans la bataille idéologique? Les autres stratégies ont échoué : si on combattait ensemble pied à pied l’extrême-droite ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « Combattre l’extrême droite »

  1. Michael Canovas

    Il faut livrer une bataille sans merci aux idées nauséabondes d’extrême droite qui ont littéralement envahi celles de la droite.

    Ces idées sont tellement faciles… et repose sur les pires cotés de la nature humaine : la peur de l’autre, de l’étranger, de celui qui est différent, etc…. Notre responsabilité est de combattre, au cœur d’une lutte idéologique acharnée, d’une part cette montée de l’individualisme et du chacun pour soi qui a tant couté à la France depuis 10 ans, et d’autre part, cette stigmatisation intolérable des immigrés qui favorise toujours le Front National au bout du compte !

    N’en déplaise aux cyniques ! De toutes façons, comme partout en Europe, si nous ne nous battons pas sur le terrain des idées, nous finirons par avoir une extrême droite de pouvoir, installée dans une coalition…. Et là les cyniques trouveront que c’est un bel exemple de démocratie…

    Michael

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s