La Chaîne des Internets

 

Chaque fois que tu oublies de répondre à une chaîne des internets, un ours polaire meurt quelque part sur « Second Life ».

Oui,  sur « Second Life » (je parle un peu anglais).

Mais trêve de confiserie. Si aujourd’hui je reprends la e-plume que j’avais remisée où tu sais depuis si longtemps, c’est pour répondre à une chaîne. Une chaîne des internets.

C’est pas ma faute, c’est Notorious « Cri du peuple » Nath qui m’a dénoncé, moi et près d’une douzaine  de communistes d’innocents . « Réponds à cette chaîne », qu’il nous a dit. Alors on le fait, c’est notre côté « centralisme démocratique 2.0 ».

La voilà, la chaîne :

 

  » La marche à suivre est simple. La plupart du temps, une ou plusieurs questions nous sont posées. Le blogueur doit y répondre et envoyer son article à d’autres blogueurs. Ils y répondent et envoient eux aussi l’article à d’autres blogueurs, etc .Il faut poster les règles sur le blogs, répondre aux 11 questions et inventer 11 nouvelles questions puis partager le tag avec 11 personnes en mettant un lien vers leurs blogs et leur annoncer la nouvelle ! »

 

Alors je réponds.

 

  1. A quoi bon écrire ?

Je ne sais pas. Disons que cela tient de plusieurs justifications : la peur de la mort, le combat politique, l’amour des mots. Je ne sais pas comment tout cela se goupille, mais il me faut écrire.

 

  1. Ton dernier coup de cœur musical ?

J’aime écouter de la musique, mais ce n’est pas quelque chose d’essentiel pour moi. C’est un peu comme le vin : tant de beaux esprits parlent de musique, de vin, que vous vous sentez un peu plouc quand vous préférez bouquiner en buvant de la bière.

Du coup, les coups de cœur musicaux sont rares, ils datent un peu. Le dernier en date, c’est « Istanbul », de Jordi Savall. Encore avant, ça doit être Radiohead.

 

  1. Quel est le ressort de ton engagement ?

On est fait de tripes, de chair, d’histoire, de rêve, et d’un petit peu de cervelle. Mon engagement me vient des tripes : j’ai vécu des situations où je ne pouvais rien faire face à des évènements particulièrement injustes. Plutôt que de me résigner au nihilisme dandy, je me suis dit que je serai un héros, c’est à dire un type qui fait ce qu’il peut.

 

  1. Est-ce que Malraux a raison : le 21e siècle sera spirituel ou ne sera pas ?

C’est joli, dit comme cela. Mais c’est totalement indémontrable. Et sans grand intérêt : le temps que l’on passe à chercher des prophètes, des idées pures, on oublie la beauté des choses, la poésie du monde, l’incarnation de ses frères humains. C’est dommage de perdre du temps. Parce qu’à la fin, on crève.

 

  1. La figure politique ou publique qui t’inspire le plus ?

Salvador Allende, parce que c’est le socialisme par la démocratie. La radicalité concrète, quoi.

 

  1. Quand est-ce que tu écris sur Le Cri du peuple ?

Bah, quand j’aurai déjà un peu de temps pour écrire sur mon blog.

 

  1. Que penserais-tu de monter une coopérative d’information alternative ?

L’idée est bonne, mais je ne pense pas être à la hauteur du taf que cela représente. Cela dit, si je peux filer un coup de main, pas de problème.

 

  1. Un seul film à conseiller à l’inculte que je suis ?

Je t’en donne deux, que j’avais beaucoup aimés à l’époque : « minuit dans le jardin du bien et du mal » d’Eastwood. Et surtout, « Underground », de Kusturica.

 

  1. Quel est ton poème préféré et pourquoi ?

C’est embêtant comme question. Parce que ça évolue, tout ça. Mais j’aime toujours Aragon, et surtout le « fou d’Elsa », dont voici un extrait, un Gazal qui a si joliment été mis en musique par Gnawa Diffusion. Je l’aime parce qu’il me rappelle la beauté du monde.

 

Je suis rentré dans la maison comme un voleur
Déjà tu partageais le lourd repos des fleurs au fond de la nuit

J’ai retiré mes vêtements tombés à terre
J’ai dit pour un moment à mon coeur de se taire au fond de la nuit

Je ne me voyais plus j’avais perdu mon âge
Nu dans ce monde noir sans regard sans image au fond de la nuit

Dépouillé de moi-même allégé de mes jours
N’ayant plus souvenir que de toi mon amour au fond de la nuit

Mon secret frémissant qu’aveuglément je touche
Mémoire de mes mains mémoire de ma bouche au fond de la nuit

Long parfum retrouvé de cette vie ensemble
Et comme aux premiers temps qu’à respirer je tremble au fond de la nuit

Te voilà ma jacinthe entre mes bras captive
Qui bouge doucement dans le lit quand j’arrive au fond de la nuit

Comme si tu faisais dans ton rêve ma place
Dans ce paysage où Dieu sait ce qui se passe au fond de la nuit

Ou c’est par passe-droit qu’à tes côtés je veille
Et j’ai peur de tomber de toi dans le sommeil au fond de la nuit

Comme la preuve d’être embrumant le miroir
Si fragile bonheur qu’à peine on peut y croire au fond de la nuit

J’ai peur de ton silence et pourtant tu respires
Contre moi je te tiens imaginaire empire au fond de la nuit

Je suis auprès de toi le guetteur qui se trouble
A chaque pas qu’il fait de l’écho qui le double au fond de la nuit

Je suis auprès de toi le guetteur sur les murs
Qui souffre d’une feuille et se meurt d’un murmure au fond de la nuit

Je vis pour cette plainte à l’heure ou tu reposes
Je vis pour cette crainte en moi de toute chose au fond de la nuit

Va dire ô mon gazel à ceux du jour futur
Qu’ici le nom d’Elsa seul est ma signature au fond de la nuit !

 

  1. Que faire ?

Faire ce que l’on peut. Et tenir. Semer, s’il reste un peu de force.

 

  1. Et Dieu dans tout ça ?

Je n’arrive pas y croire. J’ai pourtant tout essayé.

 

Voilà. A mon tour d’embêter les gens avec des questions.

Je vais donc filer la patate chaude à mon Camerluche Michaël, pour qu’il remette le pied à l’étrier. Et puis tous ceux qui voudront répondre, z’auront qu’à considérer que je les avais invités.

Et mes questions sont les suivantes:

1 pourquoi tu n’écris plus?

2 Un roman qui t’a plu?

3 Ton plus vieux souvenir politique?

4 Avec qui boirais-tu ta première pinte au paradis?

5 tu écoutes quoi en ce moment?

6 Un poème qui te touche?

7 un tableau?

8 La personnalité, morte ou vivante, de droite que tu respectes le plus?

9 Le truc le plus étonnamment bon que tu aies mangé?

10 Le Hip Hop français est-il récupérable?

11 Une couleur?

 

Sur ce, je file.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s